Conseils de lecture du TonTon Flingueur

 

Proust

 

Hello!

Notre tonton flingueur n'est pas qu'un petit teigneux snipper pour tout ce qui l'insupporte. C'est aussi un fin limier en matière de littérature. Capable de dévorer 1 bouquin par jour, il partage ses lectures pour votre grand bonheur....


Hello

Pour ce mois d’août, je vous conseille une oeuvre considérable! Considérable par le nombre de pages - 4215! -, par le nombre de romans qui la composent - 7 - Du côté de chez Swann, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, le côté de Guermantes, Sodome et Gomorrhe, La prisonnière, Albertine disparue et le temps retrouvé - 7 pépites! Considérable aussi par le nombre de personnages - 2500 et par le nombre de références artistiques, politiques, philosophiques, des Grecs aux illustres figures du XIXème siècle ..! Oui, vous l’avez reconnu, je vais vous conseiller pour ce mois d’août la lecture d’ A la recherche du temps perdu de Marcel Proust ou tout au moins d’un ou de plusieurs de ses joyaux. Alors, je sais, vous allez me dire : Proust, c’est long, c’est fatiguant ou c’est compliqué à lire, les phrases n’en finissent jamais et vous avez raison, mais quelle richesse, quel style, quelle maîtrise de la langue, bref quelle culture..! On ne peut se lasser de lire et de relire toutes ces phrases qui illuminent notre pensée et notre imaginaire! 

Quel écrivain, par ailleurs, a comme Proust décrypté le temps, ce temps qui passe, les visages vieillis ou rajeunis, l’imagination et ses saisons? Qui a, comme lui, parlé de l’amour, des amours - quels qu’elles soient- de la peur d’aimer et de la jalousie, de la mort?

Ses descriptions psychologiques ne sont elles pas scrupuleusement ciselées et nous rapportent elles pas à notre mémoire et à nos plus profondes analyses intimes, personnelles? Lire A la recherche du temps perdu, c’est décider de partager son humanité, refaire avec lui le cours de notre vie, reconnaître ceux que nous avons fréquentés..!

 

Et tous les noms de ses principaux personnages, rien qu’à eux seuls, ils nous invitent à les connaître mieux :

 

- le Duc Bazin de Guermantes (et sa femme Oriane),

- le Baron Palamède de Charlus dit Mémé, son frère,

- le Marquis Robert de Saint-Loup, leur neveu,

- Charles et Odette Swann et leur fille, Gilberte,

- Albertine Simonnet...

 

Enfin, le style-Proust, fin, subtil et corrosif. En voici, quelques exemples :

 

- Dans «  Du côté de chez Swann : "Swann, lui, ne cherchait pas à trouver jolies les femmes avec qui il passait son temps, mais à passer son temps avec les femmes qu'il avait d'abord trouvées jolies. »

- Dans «  A l’ombre des jeunes filles en fleurs : «  Il ne peut pas avoir de calme dans l'amour, puisque ce qu'on a obtenu n'est jamais qu'un nouveau point de départ pour désirer davantage. »

- Dans «  Le côté de Guermantes » : « Pensez-vous qu’il soit à votre portée de m’offenser? »

- Dans « Sodome et Gomorrhe » : «  Dans l'humanité la règle qui comporte des exceptions naturellement est que les durs sont des faibles dont on n'a pas voulu, et que les forts, se souciant peu qu'on veuille ou non d'eux, ont seuls cette douceur que le vulgaire prend pour de la faiblesse. »

- Dans : «  La prisonnière » : La pauvreté, plus généreuse que l'opulence, donne aux femmes bien plus que la toilette qu'elles ne peuvent pas acheter, le désir de cette toilette, et qui en est la connaissance véritable, détaillée, approfondie. »

- Dans : « Albertine disparue » : "Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination !”  ou "On ne guérit d'une souffrance qu'à condition de l'éprouver pleinement.” 

- Dans « Le temps retrouvé » : "Ce livre essentiel, le seul vrai livre, un grand écrivain n'a pas, dans le sens courant, à l'inventer, puisqu'il existe déjà en chacun de nous, mais à le traduire. Le devoir et la tâche d'un écrivain sont ceux d'un traducteur. » 

 

Pas mal, hein? Alors un petit effort et vous ne le regretterez pas : vous voyagerez en vous-même..!

 

Bonnes vacances!

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire