Ville de Rouen

  • Municipales Rouen : NMR au plus mal !

    Shadok

     

    Le coup de Jarnac est arrivé par sa gauche propulsant sa candature dans un néant politique qui risque de le rendre encore plus nerveux qu'il ne l'est. "piou-piou" de nos désamours est en perdition. La campagne de NMR bat de l'aile pendant que Bérégovoy prend de la cuisse pactisant avec son hypocrite-ami: Le parti communiste rouennais ( fallait les entendre parler de l'un et de l'autre séparément....Il y en aura des confidences de "off" à vous dévoiler). On en reparle bientôt.

    Nicolas Mayer Rossignol a perdu le Nord. Va-t-il continuer la campagne quitte à se ridiculiser ? L'homme qui ne connait pas Rouen a fait le choix de partir avec l'équipe vieillissante d'un P.S qui se disloque sur fond de fin de cycle. Les Princes Socialistes voient leurs militants de base se barrer un par un. Le dernier en date ? Jean-Michel Cémenceau, longtemps figure socialiste de terrain, (président de plusieurs trucs dont la régie de quartier) a tourné le dos au P.S et s'en est allé vers l'union de la gauche (la vraie, selon lui) en soutenant Berlimpinpin.

    Piou-piou a beau réfléchir, il reste celui qui, en tant que conseiller municipal de la ville de Rouen, sera le pire des prétendants au trône ! Absent sur plus de la moitié des conseils municipaux, il brillera également par son mutisme exceptées une ou 1 et demi interventions sur 6 années de mandat.

    Le ralliement des communistes à Génération.s et les écolos est un acte historique. Le P.C rouennais a toujours (ou presque) rallié le P.S au premier tour d'une élection. Mais bon, comme le P.S n'existe plus à Rouen (nous y avons que des individualités plus motivés par leur obsession du résotage que de l'idéologie, bref, des princes socialistes), les cocos ne pouvaient qu'enclencher un rassemblement pour exister comme génération.s d'ailleurs. Deux mouvement qui ne décollent plus ou pas dans les urnes. Quoiqu'il en soit, l'étiquette du rassemblement de la gauche va vers Jean-Michel Bérégovoy qui tient sa vengeance politique.

    Nicolas Mayer Rossignol ne peut que constater les dégats. Sa liste est desormais au centre-droit, espace déjà occupé par un certain Louvel.

    La fin du règne a t-elle déjà commencé ?

    Joseph

  • Municipales 2020 à Rouen: Marine Caron en mode "code couleur"

     

    Marine 1

     

    Vous vous demandez ce que vous voulez faire le week-end ? Déjà, si vous vous posez la question c'est inquiètant. Enfin bref ! Du coup vous parcourez les infos du quotidien politique Rouennais, Le " Ris-pas Mandarine" que vous connaissez mieux sous l'appellation incon"trôllée" Paris - Morandini " dirigé par l'incompétant Loulou de "loulou magazine", homme de lettre sans collier ni simplicité, et vous trouvez enfin une info de "ouf": Marine Caron, expose ses arts politiques à la hall aux toiles qui n'est pas de Toulouse, contrairement à ce qu'affirme Robert Picard, mais bien de Rouen !

    Un Labo d'idée

    Et telle une mandarine Corse cueillie avec délicatesse par la bourgeoisie rouennaise qui s'empaffe de Jean-Louis Louvel le considérant comme inapte à représenter la droite faux-derche rouennaise qui se planque dans des maisons de cathédrale d'une branche catholique qui ferait rougir le cul d'une garce, Marine Caron bloubloutte sur la théorie avariée du labo d'idées ! Alors c'est quoi ce truc d'avenir qui fait même peur à Cyrille "Hanana" (obligé de mettre des "Guy-yeux-mets" prouvant ainsi que ce que j'écris, c'est génial ! ), l'animateur vedette du fortuné groupe médiatique Canal + ? Le labo d'idée, c'est d'abord une idée mise sous une cloche à fromage qui fermente des baux durant et que l'on ressort tous les 6 ans. Marine Caron qui présente le truc comme un machin complétement novateur, dépoussière des codes politiques de vieille tantouze (Merde je vais encore me faire traiter d'homophobe...Quelle époque de merde tout de même ! )  des années 666 et qui consiste à faire croire aux gens que l'on s'intéresse à ce qu'ils pensent .

    Truc de Niouf !

    Marine Caron n'a pas encore 40 ans et elle en est loin. Ceci dit, dans la gestion politique, elle utilise les codes de vieux ! Et telle une naufragée sur une île déserte qui veut éviter de copier l'indigent, la candidate de la bourgeoisie catholique du mont palatin mais Grec, ne s'excuse même pas de son entourloupe !

    Des ateliers bidons !

    Un exemple d'atelier "labo d'idées" version Marine Caron et soutenu par l'ensemble des Caronnistes et des carilloneurs rouennais et "par-foi"...d'ailleurs. On vous pose une question : Par exemple: "Etes vous pour ou contre l'armement de la police municipale" ? Et vous avez sur la table, deux vases. L'un pour les oui et l'autre pour les Non. Vous votez pour l'une des réponses avec des bouchons quelconques que l'on force à se positionner ! Les pauvres !!! Et puis, quand vous apprenez que les soutiens de Marine Caron peuvent voter, vous voyez un peu le niveau du labo d'idées : De la manip à glaçons "hypno-nique"

    Non seulement vous ne pouvez pas en débattre (faut dire "oui" ou "non" ), mais en plus la question et le sujet ne viennent même pas de vous ! Bravo l'artiste ! Génial ! La manipulation politique derrière cet atelier est inouïe ! Ca te donne envie d' aller voir les autres ! C'est tragique tout de même ! Peut-on envisager, ne serait-ce qu'un instant, la force de l'entourloupe qui se dégage de cette Doustouille ?  ( Ah oui j'oubliais, certains mots que j'écris n'exitent pas dans  votre réalité, mais, par une vision frôlant la saugrenuité, cela n'altère pas la compréhension de la phrase! Voyez comment marche un cerveau. On peut vous faire comprendre des choses avec des mots inconnus. C'est aussi cela la manipulation mentale, à l'image du labo d'idée des Caronnistes).

    Un truc ininteressant !

    Au final le labo d'idées initié par Marine Caron et les "M" du clan, n'a eu aucun intérêt. Bien évidement, les organisateurs affirmeront le contraire, mais le fait est que nous avons tout de même deux points de satisfaction. Le petit "cake" offert était apétissant et l'équipe Caronniste était rajeunit lorsqu'on compare celle des autres candidats. Ca faisait plaisir à constater ! Malgré tout, ce fut d'un ennui indigeste ...Après, on ne m'a pas obligé de venir....Par contre les mails internes chez les "M" furent ignoblement énormes ! Du coup, les participants étaient-ils des "citoyens lambda"?  Une personne intérrogée sur sa présence me dit " Ah bah j'ai été invité à venir"...

    La foi justifie les moyens et  les codes-couleur !

    Pour terminer ce truculent article "bienveillant",  penchons-nous sur le code-couleur du tract de Marine Caron. Pour le contenu, c'est déjà torché ! tout insipide et poutrofiolle ! Par contre, vous le savez, vous n'êtes pas des tâches tout de même sauf si vous votez Guillaume Pennelle, le code couleur d'un document de propagande politique est essentiel et surtout la chose sur laquelle insiste tout candidat qui pense se respecter.

    Les codes - couleur et la maquette de document de Marine Caron, sentent la grenouille de bénitier à " fond la caisse" !  On connait, grace à ces codes, le premier cercle des électeurs de la toute récente Vice - Présidente du département : Les cathos ! Les cathos qui donnent l'oseille au diocèse en plus! Bref, les piliers de l'une des plus grandes secte vicérale que notre intelligence n'a jamais pu éliminer de l'influence politique : L'église catholique !

    Preuve en est ce comparatif qui vous dit tout :

    Caronnite

     

    Comme on le dit dans les milieux autorisés : Il n'y a pas photo ! Et attention : Toute ressemblance avec une maquette diffusée dans la cathédrale de Rouen, n'est  pas du tout fortuite.

    Donc, au final, pour en terminer avec ce premier acte du début de la campagne de Marine Caron: Circulez, il y a tout à "Re-voir"

     

    Joseph Bernard

     

  • "minicipales" Les idées à minima de Marine Caron

    Marine 1

     

    Notre unique femme tête de liste pour les prochaines municipales d'a Rouen peut mieux faire en terme de communication ! Franchement son premier document de campagne peine à nous motiver ! Espérons que les 7 réunions publiques qui se sont déjà déroulées vont apporter du "biscuit" de terrain  afin de donner du corps aux propositions et argumentaires trop embarqués dans des phrases pompeuses sans aucune nouveauté pour la ville. " Porter un nouvel espoir", "accompagnons ceux qui nous entourent pour mieux vivre ensemble" " .....Rouen , une ville ou l'on respire et où il fait bon vire" etc... Avec en plus des propositions que l'on retrouve du côté des autres listes, on ne sait pas ce qui nous donne l'envie de voter pour Marine Caron.....peut-être juste une chose : Son intelligence, sa volonté et sa fraîcheur !

    Marine Caron l'a prouvé dans le cadre de ses fonctions au département, c'est une gagnante, une battante et une bucheuse ! Elle a ce tempéremment que beaucoup d'élus n'ont plus. Elle écoute tout le monde et participe au bon développement du département. On peut regretter qu'elle soutienne une majorité qui méne le bateau à la dérive social et associative, mais ce ne sera pas à cause d'elle directement . Même son ancien adversaire aux départementales, Eric de Falco, reconnait son travail et son serieux.

    Une campagne, ça se joue sur un nom, un moteur avec un véritable chef d'orchestre ! Si Marine Caron veut peser dans cette campagne,  elle a tout intérêt à être d'un ton plus incisif avec des phrases courtes allant au coeur du problème ! Arretons le blabla de la bien-pensance boboïste et intello que l'électeur déteste ! Si elle veut toucher le coeur des rouennais, il lui faudra être plus direct, provoquer, parler du bilan de Robert, évoquer Lubrizol, Parler de l'emploi, de l'action sociale, de l'insertion . Bref, tout ce qui ne figure dans ce document trop "gentil"

    On est encore loin de la dernière ligne droite. Il est à espérer que le ton de ses futurs documents changera.

    Allez Marine ! Fouttez-leur la patée à ces Spermecs  qui considèrent que la tête de liste est leur propriété ! Battez-vous et sortez vos griffes ! Plus de "gnan-gnan-chamallow !"

    J.O

  • Lubrizol : Basta les politiques !

     

    Silence dans les arbre

    Peut-être est-il de se retirer de ce monde ? 

     

    Est-ce le moment de faire le bilan de ce drame "Lubrizol". Certainement pas. Par contre, on peut commencer à dire les choses ! Et je ne vais pas me géner ! D'abord, un sentiment de peur est entré dans l'esprit des rouennais. Et la "junte" politique, planquée dans son "communautariste de l'entre-soi " est très embétée. Quand vous parlez des "politiques" de Rouen, vous pouvez utiliser le terme "junte".  Ce micro pouvoir d'égo ne pense qu'à la carrière, au pouvoir et à leur créme nivéa !

    SANS DECONNER : "Ils ne savaient pas" et aujourd'hui leur seul truc c'est de lancer des larmichettes pour consoler  les familles des salariés de Lubrizol. MAIS pas un n'a demandé "pardon".

    Pardon de quoi ?

    Si Lubrizol est là ou il est ainsi que les autres sites SEVEZO de l'agglomération, c'est bien à cause d'eux ! Non pas des "actuels", mais des anciens. Les "actuels" il font quoi? ils participent à des commissions de travail dans des instances liées à la protection de l'environnement. Du pipeau ? On va finir par y croire.   Les élus sont au courant que ces sites Sevezo de l'agglomération sont une poudrière. Le premier incident de Lubrizol, il y a 7 ans, ne les a pas fait réagir.

    Risques amplifiés en 2015 à cause des élus !

     Il sont tellement au courant de ce danger permanent qui plane au dessus de nos têtes qu'ils font quoi au conseil municipal de Rouen en 2015 ? D'abord Les socialistes : Ils votent  OUI pour l'agrandissement du rubis terminal société de traitement de déchets dangereux, située à deux pas de l'usine de soufre, Rubis Terminal a obtenu le feux vert de l'ensemble des élus des majorités des villes de l'agglomération rouennaise pour son agrandissement augmentant les risques ! pauvres d'eux ! 

    PIRE : Les écologistes de Rouen ont voté OUI !!!! avec réserve. Mais le "avec réserve" ne sert strictement à rien . C'est juste un dédouanement de leurs consciences alors que.......alors  que...... ils avaient en possession un rapport du cabinet BERTIN que nous vous réveleront dans le canardeur d'Octobre et qui démontre l'amplification des risques en cas de construction de ces deux cuves.  Tous avaient ce rapport. Il ont dit oui quand même ! Et aujourd'hui, les écologistes rouennais ouvrent le bec pour réclamer quoi ? une enquête ? Mais c'est avant qu'il fallait monter au créneau. Aujourd'hui, ça s'appelle de la récupération politique ! 

    Alors voilà mon coup de gueule . Il est ce qu'il est. Un coup de gueule parmi tant d'autres. Mais cette catastrophe écologique pour la ville de Rouen m'a réveillé. Et alors que je m'apprêtais à soutenir Jean-Michel Beregovoy pour les futures municipales, j'ai décidé de reprendre ce soutien. Car l'ensemble de cette classe politique est co-responsable de cette situation. Et personne ne l'assume ! 

     

    Donc Basta ! 

    Frédéric Quillet 

  • Municipales 2020 : Marine Caron candidate

    Marine caron

    Toujours en pleine forme Marine Caron ! Après les petits bateaux, la grande gym   (troisieme en partant de la droite ) Crédit photo: ASDA

     

    Ce n'est pas Patrick Chabert ni Robert Picard et encore moins Frédéric Quillet qui pourraient en faire autant ! Marine Caron Sportive parmi les sportives et surtout femme politique connue pour son franc-parler et son engagement tout azimuth, se lance dans l'arène des municipales. Elle ne veut pas être adjointe...mais carément Mairesse d'une ville de plus de 100 000 habitants. Celle qui doit à Hervé Morin et Catherine Morin Desailly le fait d'avoir été lançée en politique en devenant conseillère départementale en 2016 ( sait-plus...2015...14 ? je suis nul en date ), s'est, par la suite, construite une réputation toute seule. Et bien évidemment, "Haras-man" et la "reine-mère" n'ont rien vu venir.

    Faut dire que l'émancipation de la "nouvelle" a été rapide. Marine Caron, maîtrise son image, travaille ses dossiers et développe une faculté à être partout à la fois sans jouer à la potiche-Schiappatiste. Posez-lui la question sur n'importe qu'elle dossier qu'elle gère, elle vous répond direct, sans tablettes ni aide-mémoire. Et quand elle ne sait pas, elle l'admet humblement sans chichi .

    De l'avis de l'ensemble des personnalités politiques rouennaises (drauche et groite confondus), Marine Caron est la plus intelligente des nouvelles figures politiques apparue à rouen ces 5 dernières années. Elle a su, avec prudence, se créer un sacré réseau et vous pouvez en être certains, elle aura dans les 10 années à venir des responsabilités de haut niveau dans notre métropole. SAUF QUE....Oui il y a un "SAUF" ! faudra attendre encore un peu avant de la voir sur le trône de la ville rouennaise. 2020 est pour elle un tour de chauffe. Certains pensent que c'est trop tôt. A moins de 30 ans, elle a encore du temps devant elle. Bruler les étapes c'est aussi, parfois, bruler ses ailes. 

    Quoiqu'il en soit cette candidature, même si ce n'est pour l'instant qu'un coup de pocker en attendant les désignations officielles de LREM et " les arrangements entre amis" , va en énerver plus d'un, et le premier à le manifester est Patrick Chabert. L'ancien candidat centriste à, en effet, manifesté sont étonnement sur cette candidature. 

    GENIAL,  ILS VONT SE CHICORER LA TRONCHE !  Continuez Marine. Au canardeur, on vous soutient à donf. Et pendant que notre redak chef ira encourager Bérégovoy, nous on vas s'occuper de vous car heureusement qu'il y a des femmes comme vous pour bousculer un peu les mecs et leur petit pouvoir mesquin ! 

    A PROPOS, Vous acceptez une interview pour inaugurer notre radio - télé chaîne youtube en Novembre ? 

    Joseph Bernard

  • La droite en «poule» position mouillée

     

    Pararouen

    Les Européennes terminées, la diaspora politico-pathético-droitière qui  ne pense qu’à notre bonhneur (faut-il le rappeler ? ), a profité des résultats desastreux pour s’en foutre plein la tronche tant nationalement que localement. En attendant les lendemains qui déchantent, les protagonistes de la pensée ultra -libérale continuent à se détester autant que "faire se peut". 

    Avec les faux centristes qui rejoignent les faux républicains d’en marche, on ne sait plus comment faire pour trouver des places rémunératrices pour ceux qui courrent comme des dératés vers Macron. Les élus quittent les navires sans avenir (En tous les cas pour 2020, c'est la sauce Macron qui peut sentir bon...pour l'instant) . Ce sont les mêmes qui aiment rappeler les dérives politiques des autres qui se transforment en miettes de pain  nourrissant le Macronisme en bons toutous qu’il devront être pour obtenir le ticket d’or de la sainte virginité politique.

    A Rouen

    Robert Picard, truc et machin ont  flairés le bons plan. Les inconnus sans gloire de l’opposition rouennaise vont-il  gagner ? Pas certain surtout avec l’extrème droite qui risque de  leur jouer le même vilain tour qu’en 2014 . Robert Picard le sait, les envahisseurs sont là ! 

    L'autre droite !

    Mais c'est en famille qu'on trouve les meilleurs vautours ! Richard Lecoeur (truckmuch du Modem) et Christiane Dufrene (En marche) comptent se partager le futur gateau du binome "pouvoir/pognon" qui se profile aux prochaines municipales. Le couple connu du microcosme rouennais pour développer ensemble la pensée Macroniste, est déjà prêt à bondir sur la came ! Pauvre de nous !

    Retour à la droite officielle et ses faux prophètes !

    La droite et les faux-centristes sont remplis d’illusions qui pourraient se transformer en réalité  à Rouen ! Imaginez un peu Robert Picard adjoint au Maire Adam. Je n’ose même pas  projeter cette image sur un mur blanc. Mais à force de jouer aux cons, la gauche rouennaise pourrait voir ce scénario  fort bien devenir une réalité. Rouen merite mieux. Rassurez-nous !

    Pour le bien de cette cité, évitons le pire s’il vous plait ! 

    J . Bernard

  • Hauts de Rouen: Une nouvelle mairie annexe à la mairie annexe ?

    Chatelet

     

     

    L'émotion était à son paroxysme hier dans le quartier du Chatelet. Mais que diantre : Que se passait - il à côté de la bibliothèque ? Alerté par le bourdonnement exceptionnel d' "officiels", je quittais les locaux de l'ancienne gendarmerie non désamiantée qui abrite, malgré tout, la radio HDR,  pour me rendre dans cette zone à foisonnement de gens importants ( F.G.I). Et ca bourdonnait sévère ! Rendez-vous à l'ancienne MJC donc . Aïe ça y est, le mot est lâché : " L'ancienne M.J.C (  Maison des jeunes et de la culture). 

    Destruction structurante 

    L'ancienne M.J.C (ca fait 3 fois que je l'écris .... Paix à son âme ) était située au sein de la maison du plateau à côté de l'ancien centre social et à 200 mêtres de l'ancien accueil de proximité de la CPAM, près de la mairie annexe qui, elle, existe toujours. L'honneur est sauf. Vous l'aurez compris : En presque deux mandatures de gauche, l'un des quartiers les plus touché par le chômage et la détresse sociale a perdu au moins 3 lieux structurants ( mais qui fait les comptes, sans déconner ? ).

    Et, donc, il fallait bien qu'on organise un truc avant de passer à la caisse en mars 2020 ! C'était l'objet de cette inauguration de la maison du plateau. L'émotion planait autour du visage de Caroline Dutartre, adjointe au Maire de certainement quelque chose et fière de la réalisation du chef d'oeuvre "prouessique" pas poètique hein ? " prouessique". Et von-von Robert l'assure également dans son discours merveilleux qui rentrera dans les annales de la culture bizantine : " Enfin, la maison du plateau rouvre" Quel talent cet "Yvon! Non mais !

    Les écolos sur la photo

    Et sous le contrôle politique de Jean-Michel Bérégovoy et de Stéphane Martot ( les deux "pince-mi et pince-moi" de l'écologie anesthésiante - concept moderne de la défense de l'environnement et des affligés),  "maimaire Robert" jubilait. Côté absence, on notera celle du Parti Communiste qui a certainement dû perdre son invitation comme à l'accoutumée lorsqu'il s'agit de montrer son "grou-grou-grognontifade mais ne mord pas" . Faut dire que Manuel Labbé  n'a pas eut trop son mot à dire dans le projet. Le patron officiel de la vie associative rouennaise n'a pas tout compris du fonctionnement de l'obédience socialiste qu'il soutient. Faudra-t-il un troisième mandat pour enfin intégrer la système ? Les "verts-trucs', eux,  ont tout compris du concept : " Etre là sur la photo et critiquer l'action de leur propre majorité en coulisse puis démissionner en grandes pompes 6 mois avant la fin du mandat "... C'est tellement plus simple et surtout plus héroïque ! Avec deux alliers précoces en matière de survie politique, Yvon Robert et ses "francs....compagnons" n'avaient aucun soucis à se défaire !  Ils ont tout même éliminé du paysage du quartier du Chatelet un centre social et une maison des jeunes pour installer quoi à la place ? Une annexe de la mairie annexe ! Et sans qu'aucune des autres composantes de la majorité municipale ne le dénonce ! C'est tellement plus facile de cracher sur une course de bateaux ! 

    Une annexe d'annexe  !

    Le changement d'orientation de services proposés par la maison du plateau, n'est autre que l'agrandissiement des acitivités de la mairie annexe du Châtelet. N'en déplaise à Caroline Dutartre dont l'intervention, lors de cette inauguration, laissait penser que c'était là l'aboutissement d'un rêve idyllique pour le bien de la population alors que la réalité nous oblige à le dire : Nous ne pouvons que  constater un apauvrissement général des offres de services publics au sein des Hauts De Rouen depuis 10 ans. 

    Un point positif

    Le monde associatif en déliquescence et, pour celui qui reste vivant, sous perfusion volontaire pourra se réjouir de disposer de salles de réunion et d'activités. Voilà peut-être l'unique point positif de la réouverture de la maison du plateau. Pour le reste, nous ne constaterons uniquement la présence de services municipaux ( Politique de la ville avec des salariés très sympatiques nonobstan) et des permanences que l'on pouvait déjà connaître à la maire annexe du Châtelet. 

    Mais bon, tout cela nous a permis de revoir les élus qui ne seront pas restés trop longtemps dehors. Juste pour une photo à la " va-vite" avec les enfants des parents présents et, tout de même il faut le signaler, la distribution d'un bout de tissu aux couleurs du drapeau français... Magnifique ! On se serait cru à Béziers

    Voilà ! Ah oui, j'oubliais, mais là c'est nettement plus personnel : J'ai pu croiser un type du Paris Normandie qui s'était engagé auprès de moi pour écrire dans le journal " Klash"  projet avorté, faute de combattants. N'ayant jamais rien rédigé malgré ses insistantes promesses, Il a quand même osé me dire qu'il ne s'était pas manifesté car il attendait mon appel, ce qui, croyez-moi, m'a laissé dubitatif quant à l'imagination fertile de ce monsieur ! 

    Sinon, bah, rien d'autre à dire sur ce "coup de com" sinon que Patrick Chabert, conseiller municipal de l'opposition a passé son temps à dire aux gens qu'il était conseiller municipal ce qui "impressiona" l'ensemble des gens présents qui lui glissèrent un sourire de circonstance atténuante qui plut à l'avocat du barreau rouennais. 

    Longue vie à la maison du plateau. 

    Joseph Bernard 

    Prochain article : Patrick Chabert Franc-Maçon ? 

     

  • Conseil Municipal de Rouen : Deux motions sans émotions

     

     

     

    A l'heure où s'écrit cet article, la réunion du conseil municipal n'est pas terminée. Alors, permettez-moi d'évoquer juste ce que j'ai pu entendre. Deux motions dites "d'urgence" ont été présentées en amont de ce conseil. Notons aussi l'interruption de séance  permettant à un représentant des supporters du FCR de demander des comptes et des positionnements. Des comptes ? Le représentants des" culs rouges" s'étonne de la baisse des subventions depuis 2015 par la ville . A cela, Sandra Balluet -Adjointe au maire (et future Mairesse ?),  répondra plus tard que cette baisse constatée est fausse s'appuyant sur des chiffres présentant la subvention de 2017 à environ 30 000 euros (comme en 2015)  alors qu'elle était portée à 20 000 par les culs rouges. HIC ! hoc HOUK y a comme un problème !

    Suite à cette interruption de séance, le maire ouvrit la rubrique " Motions".... Oh super, on va pouvoir enfin en découdre ! Et ben non même pas ! Tristesse absolue d'un début de  conseil municipal qui avait la particularité ce soir, d'être moribon. La motion de l'U.D.I sur l'histoire du F.C.R faisait peine à écouter..." Et patati, et patata et le FCR ce sont les gentils et les historiques ...et QRM ( Quevilly Rouen Métropole) ce sont les méchants qui ne répondent jamais aux lettres des gentils ! PA-THE-TIQUE !

    De ce fait, puisque cette motion semblait être une volonté pour l'opposition centriste de prouver qu'elle à autre chose à soutenir que la cause politique de la Reine-Mère-Sénatrice, Hé ben, vl'a-t'y pas que ses auteurs acceptent de se coucher lamentablement pour un mot...un verbe ... qui change complétement l'objet de la requête initiale... Et non " demander" au président Sanchez, ce n'est pas pas la même chose que " Préconiser" au Président Sanchez.... Ils se sont fait blouser par le PS....Majoritaire, rappelons - le!  Et tout cela pour avoir l'unanimité et déclarer sur leurs comptes twitter respectifs qu'ils ont gagné! Mais voyez-vous, le PS aussi pourra dire également qu'il  aura gagné. Bref : Une motion inutile qui aura fait perdre du temps à Marie-Hélène Roux (LR) se plaignant de la longueur des intervenants des représentants des motions.

    Les contrats aidés

    D'ailleurs pour remettre la vérité au centre de ce somptueux article, la plainte de Miss Roux était dirigée plus vers le Sieur Bérégovoy que vers son émittente collègue centriste dont j'ai oublié le nom. Oui chers lecteurs acidulés et heureux de me lire, Jean-michel Bérégovoy s'est lançé ce soir dans une interminable avant-avant-avant présentation de la motion des écolos locaux afin de sortir un cri d'alarme sur la situation des associations des Hauts de Rouen perdues financièrement et menacées de fermeture. " Décidons-Rouen" présentait une motion d'urgence pour dire quoi ?

    - Bérégovoy aime les hauts de Rouen et connait cette contrée oubliée par l'emploi. Pour illustrer cet amour sans partage, il évoquera entre autres 50 000 bisous reçus ou donnés en plus 30 ans de présence. Ce qui en moyenne représente à peu près 4 bisous par jours ...aller, disons 5 et je compte large, car je ne retranche pas les vacances scolaires ni les journées chômées car si je le faisais, ce serait vraiment du temps de perdu et je n'ai plus beaucoup d'encre !

    Excéptés les bisous que le "béré" trouve important dans une relation..." c'est important les bisous" dirat-il, l'homme à la révolution perpétuelle proposera au nom de son groupe que l'on mette en place des assises sur la vie associative des Hauts de Rouen " pour se dire vraiment les choses"....comme en 2007 au moment de la révolte des banlieues ....les assises ont permis de conserver le tissu associatif local".

     

    AHAHAHAHAH oh le " minteux" !

     

    Bérégovoy refait l'histoire !

    Oui Jean-Michel, après les assises, on a plutôt  constaté un tissu associatif encore plus amoindri !

    - Terminé le centre social ACS

    -Terminée l'épicerie Sociale dont vous étiez à l'origine du projet

    -Terminée la régie de quartier dont vous étiez le président !

    - Terminée Le resto associatif

    -Terminée de terminer !

     

    Alors, il est où le bénéfice des assises de cette époque ? hein ..."ch'te l'demande min chti garchon? ...... Ptit quinquin va !

     

    Bien, pour en revenir à la motion présentée par un Bérégovoy historiquement fatigué, ajoutons que la droite FN-compatible et l'extrème droite permissive se sont exprimées avec haine et dédain. Haine pour Pennelle le gars du FN pour qui le monde associatif subventionné est un " panier à voix pour le Maire" . Lui et ses collègues aphones, ne prendront pas part au vote de cette motion.  Guillaume "le-pen-nelle"  hait les associations qui développent de l'insertion sur les Hauts de Rouen. Il l'a dit plusieurs fois sur les ondes radiophoniques. Ce soir, il a montré son visage naturel moqueur, haineux et rempli de préjugés.

    Quant-à la droite FN-compatible représentée par  la voix dilatée de " machin" Sprimont, elle s'est errigée en stupidité agréssive affirmant que les bénificiaires de contrats aidés ne pouvaient pas s'engager dans une formation. Ce qui est complétement faux. Ils peuvent le faire et le demandent souvent ! Par contre les employeurs refusent aussi très souvent cette option. Mais cela, le " Sprimont" il ne l'a pas évoqué ! Froid, méthodique, Sprimont a été soutenu par Robert Picard et les centristes qui comme lui mais avec un peu plus de modestie, d'ouverture et d'humanité, diront que les contrats aidés ne riment à rien.

    Finalement, même si Le " Béré " s'est arrangé avec l'histoire, il n'aura tout de même pas oublié que derrière les contrats aidés, il y a des familles en difficultés qui risquent de perdre leur emploi. D'ailleurs le talentueux PCF "trukmuch Labbé" aura pris le temps d'adouber son camarade de lutte, Béré, en évitant de le reprendre sur son histoire d'assises mal placées.

    Bref...Des émotions dignes des barils léssives " Nombril-anti-re-déposition" et surtout une oppositon municipale qui n'a rien à dire ou à soumettre....excepté leur dédain des "petites-gens"...comme ils disent.

    Triste réalité en espérant que la suite de ce conseil municipal aura été plus intéréssante.

    Fred Quillet

     

    La motion de l'U.D.I et l'attitude de la droite " fn - compatible m'ont fait penser à cette chanson de Fugain