La neutralité du PN est sur orbite et elle n'a pas fini de tourner !

 

Gabin

 

Ce matin, je me réveille tanquille après une soirée calme dans un monde où si l'on écoute les médias tout explose. Il est 5h30. Je suis un matinal. Le café, les baillements, le deuxième café...Pas de clope ! Je n'ai jamais fumé. Parfois je m'amuse à penser ce que serait ma vie si j'avais fumé.... Je donne la patée au chat... tout va bien. Dernier jour de Janvier. Je vérifie les infos, histoire de m'assurer que je n'ai pas révé la veille ....Ah oui Berlimpinpin est toujours en tête des sondages pour les municipales de 2020. Pourvu que ca dure me dis-je en repensant aux sondages d'il y a 6 ans qui le mettaient à 19 au premier tour alors qu'il fit un score bien moindre. Mais le passé c'est le passé, cette fois sera peut-être la bonne.

Et puis j'ouvre le Paris Normandie et je tombe sur un papier qui m'étonne ! Et  je pense à autre chose. " Faut que je me mette au boulot" ...." Bosser chez soi, c'est parfois compliqué, le chat miaule, la concierge engueule un locataire (faut l'entendre pour le croire) ". Bref je m'y mets ! une heure, 2 puis 3 et arrive midi ! Et là, je vais regarder mon compte twitter . Je tombe sur une info qui me fait hurler de rire à un point tel que la concierge aurait pu l'entendre ! je lis un twitt du quotidien Paris-Normandie " En préparation des élections #municipales2020, la toute nouvelle Société des journalistes de @paris_normandie et la direction viennent de signer une "Charte pour les élections". Objectif : garantir l'indépendance de la rédaction et informer nos lecteurs en toute transparence."  Et là, mon cerveau revenu de son état réptilien et à nouveau en phase de réflexion, je retourne sur l'article du P.N . D'un coup, il passe d'article insignifiant à preuve que parfois des journalistes devraient revoir leur conception de la neutralité (de la même façon que je devrai revoir ma conception de l'othographe) . L'article est signé BMC. Ouf ce n'est pas BTK, je me sens mieux !

Le journaliste-neutre rapporte une phrase de Papy Bures (JF. Bures) mais ajoute à son nom le fait qu'il est candidat aux municipales et précisant " le candidat non soutenu par LR Jean-François Bures constate..." Trop fort (jadore dire ça en ce moment...ça passera) . Le " journaliste-neutre" au demeurant sympatique s'amuse dans cet article en utilisant des formulations qui mettent en lumière  le candidat Louvel...Comme au début de l'article. Voyez ce Jean-louis Louvel et son abnégation : il n'a pas de mandat " POURTANT" il est venu au conseil municipal. OUI monsieur BMC, il est venu ! Mais il n'y avait rien d'exceptionnel  ! Et votre"pourtant", vous pouvez le ranger au "terminus des prétentieux" ..." A la maison-mêre". Il est venu en citoyen Parisien. Sympa de faire le déplacement de la capital pour aller voir les rouennais ! Il est venu comme beaucoup de rouennais (ou non) viennent assister à un conseil municipal public ! Partialité quand tu nous tiens.... " Même Jean-Louis Louvel (actionnaire majoritaire de Paris-Normandie, candidat avec les soutiens de LREM, Modem, Agir, les Centristes et LR), pourtant sans siège électif, avait fait le déplacement " . Trop drôle  ! "Oh Jean-Louis tu es tellement incroyable que même sans mandat, tu viens au conseil municipal"

Dans cette phrase, le journaliste nous rappelle la liste longue de mouvements qui soutiennent le candidat.....SANS ETIQUETTE . Et là c'est l'extase ! En un article le journaliste ridiculise la fameuse annonce du Paris Normandie sur twitter à propos de  la charte de neutralité. Remarquez, la charte est intitulée " Charte pour les élections" Les journalistes ne s'engagent, peut-être uniquement pour les jours d'élection...Qui sait  !

 Donc on sait quoi de cet article :

1/ Bures n'est pas soutenu par LR qui soutient Louvel...

2/Que la liste sans étiquettes est soutenue par des étiquettes

3/ ET....que la neutralité, ce n'est pas pour demain !

 

Frédéric Quillet

 

l

 

politique rouen grand rouen Paris Normandie louvel municipales 2020 Bures BMC

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Marin
    • 1. Marin Le 02/02/2020
    #fredericquillet :Le côté "article de merde" n'est pas de mon fait mais de celui qui a mis en ligne ma réponse... cherchez chez vous.
    Vous mincitez a lire davantage votre billet : je vous retourne le compliment, lisez plus avant mon papier. JLL n'y occupe qu'une ou deux lignes.
    Vous me reprochez de faire allusion à vos engagements politiques antérieurs : c'est bien le minimum quand on occupe la fonction de rédacteur en chef d'un média "indépendant" et qu'on prête aux autres (moi) une obédience politique déduite par un simple constat capitalistique.
    Votre raisonnement est aussi absurde que celui qui consisterait à dire que tous les salariés du Figaro ont voté pour Serge Dassault, et que tous les salariés du Monde ont un compte bancaire chez Pigasse.
    En bref, faut apprendre à nuancer pour être juste et satirique.
    • fredericquillet
      Trop fort ! vous êtes extra... Faut écrire chez nous ! Sans déconner ! Je m'arrête là concernant les réactions sur l'article. Mais franchement, vous m'épatez...
  • Marin-Curtoud
    • 2. Marin-Curtoud Le 02/02/2020
    Bonjour,
    Je n’ai pas le plaisir de bien vous connaître et c’est bien dommage. Dans un récent billet sur votre blog, sous le titre « La neutralité du PN est sur orbite et elle n'a pas fini de tourner ! », avec une photo de Jean Gabin pour bien souligner l’allusion au dialogue d’Audiard, vous me brocardez, ce qui est pour le « Canardeur », bien naturel. Je suis BMC, ou pour les intimes Benoît Marin-Curtoud, journaliste à Paris-Normandie édition de Rouen, le « canardé ». Je vous prie d’insérer dans vote blog, en pied de votre billet – ce qui sera d’ailleurs le signe réel de votre indépendance – les quelques lignes qui suivent. Si vous deviez ne pas les publier, outre la cuistrerie du procédé, cela signerait à mes yeux les limites de votre bien sympathique media. Pour info, mon texte est presque rigoureusement (à quelques signes et non cygnes près) de la même taille que le votre.

    « C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule »*

    Arrrgh. Mauvais karma du vendredi. Après une matinée passée à faire le pied de grue devant le lycée Jeanne-d’Arc pour des élèves en grève mais qui ne sortent pas, une heure somniférante – oui parfois j’invente des mots pour voir si on me lit ou si on y est resté, au lit – au tribunal de commerce pour entendre le « bilan » 2019, et une après-midi entière à entendre débiter sans conviction les sornettes d’audience à la correctionnelle pour Paris-Normandie, voilà-t-y-pas qu’une collègue veut me remonter le moral. « Tiens, tu t’es fait un nouvel ami », me courielle-t-elle, en m’adressant un lien vers le blog du Canardeur.
    Je me dis que sans doute je vais échapper à la médiocrité et la bêtise ambiante, qu’enfin un admirateur ou une admiratrice (je ne suis pas sectaire) se signale. Et je tombe sur le billet de Frédéric Quillet (voir ci-dessus), premier dans le nid du « Canardeur », ce media autoproclamé « indépendant et libre » , mais avec une « tonalité pincée et satirique ». Bonne nouvelle. Je me dis, pour l’avoir déjà lu, que ça va être intelligent. Mais hélas Frédéric Quillet n’a bu que deux cafés ce matin-là. Il aurait du forcer la dose.
    Déjà le côté « libre et indépendant »...alors que le Canardeur, sans doute nostalgique d’une mare à l’eau pure, milite pour que Bérégovoy remporte les municipales à Rouen, ça laisse dubitatif. Sans parler des engagements antérieurs de Frédéric Quillet. Moi, ça me fait marrer. Même si je préfère le marc.
    Venons en au reste, au fait que ce coup-ci (mais on ne peut pas être en forme tous les jours), le Canardeur mérite soit la visite dans la presse à canard de l’hôtel de Dieppe, soit un passage à la broche dans la cheminée du château de Martainville (je mets ça là pour que Frédéric Quillet puisse disserter sur mon ethnocentrisme de classe supposé, car nul doute qu’il va me répondre de façon amusante). Partant du fait que PN a adopté une charte de la neutralité face aux candidats aux élections municipales, le Canardeur mitraille ma livraison rendant compte du dernier conseil municipal de Rouen. Quelle faute n’avais-je pas commise en signalant que Jean-Louis Louvel, actionnaire principal de PN, « pourtant » sans mandat, était venu.
    « Pourtant », un petit adverbe de rien du tout mettant en opposition deux bouts de phrase. Mais de cette opposition, le Canardeur, inventant une sorte de syllogisme complotiste (c’est presque pléonastique – les plumes du canard, pardon, j’ai pas pu m’empêcher), déroule l’idée que finalement j’ai signifié : « Oh Jean-Louis tu es tellement incroyable que même sans mandat, tu viens au conseil municipal ». Le syllogisme sous-jacent : Jean-Louis Louvel, candidat aux municipales, est propriétaire de Paris Normandie. Les journalistes de PN traitent des municipales. Tous les journalistes de PN sont des soutiens à Jean-Louis Louvel ». Ben non, c’est pas parce que notre actionnaire défend des idées que ce sont celles de tous les journalistes de PN, on est pas des clones.
    Et si ce petit adverbe « pourtant » avait un autre sens, d’ailleurs explicité quelques mots plus loin ? « Même Jean-Louis Louvel (actionnaire majoritaire de Paris-Normandie, candidat avec les soutiens de LREM, Modem, Agir, les Centristes et LR), pourtant sans siège électif, avait fait le déplacement pour venir humer l’ambiance, pour se rapprocher de ses plus proches soutiens politiques comme Robert Picard », ai-je commis dans l’article canardé. Comprendre : qu’il est venu s’informer, que je ne l’y ai jamais vu auparavant, que c’est rare dans la tradition républicaine de voir un candidat non élu assister aux débats d’une collectivité. Rare, mais pas impossible. Or dire ce qui est rare, c’est une des facettes d’un journalisme libre, indépendant et neutre. Ou alors j’ai raté un épisode et je retourne à mes études sur Brillat-Savarin.
    Bon, qu’apprend-on du billet de Frédéric Quillet ?
    1) Qu’il faut se méfier des syllogismes
    2) Qu’il faut éviter de tronquer des citations
    3) Que BMC, Benoît Marin-Curtoud, auteur de ces quelques lignes un dimanche apm pluvieux, a un peu d’humour.
    Sans rancune
    Le Canardé

    * de Michel Audiard
    • fredericquillet
      Bonsoir, D'abord, nous nous sommes déjà croisé. Ensuite, je ne comprendrai jamais les gens qui utilisent la vie privée et les engagements de ceux à qui ils veulent donner une leçon. J'ai mon parcours politique ...j'assume et si icelui vous fait marrer, bien vous en serait de le signaler dans un autre contexte. Celà vous grandirait. Perso, je ne vous juge pas dans vos choix personnels. Je ne cherche même pas à savoir qui vous êtes, je m'en contrefous comme de mon dernier 4 heures. Mon article est ce qu'il est. Il vous a vexé et je le comprends. Ce qui m'a fait marrer de votre part, c'est que malgré le fait que vous le brancardier comme si c'était un article de " merde", je constate que vous avez pris le temps de répondre et pas n'importe comment. Que dois-je en déduire ? Pour conclure, les arguments démontrant, de mon point de vue, que votre article était orienté, ne se cantonnent pas au "pourtant" . Relisez-le et vous verrez. Frédéric Quillet
    • lecanardeur
      https://www.lecanardeur.com/blog/bmc-ecrit-au-canardeur.html
    • lecanardeur
      Excellente réponse que je publie immédiatement

Ajouter un commentaire