Volets clos

 

 

C’est un pays où les maisons parlent

Les passants sont  indolores

Les bateaux s’enfuient dans la mer

Filant vers des aventures novatrices

 

Les innocents plaident coupable sans prétentions

Les histoires d’amours ne sont plus que des mythes

Une vague gonfle et une rumeur passe

La mer attend son coupable

 

Les esclaves du temps, les enclaves du sang

Les assisses mal placées souffrent de se taire

Une douleur sans arrière saison

Et l’époque des croyances révolues!

 

Viens là aller danse danse!

C’est le rock du Christ

Oh là, va voir ton dentiste !

 T’as une dent contre la foi

 

Ta rate explose et ton cœur s’dilate

Étais-tu vierge au moins avant?

Toi alors, petite pécheresse!

Lui mature et joueur: gros dégouttant

 

Il allume son cierge calfeutré

Il te déflore sans ton accord

L’amour tant souhaité et attendu

Et la honte plaide au fil du temps

 

Putain de lui!

 

Texte écrit par Frédéric Quillet et tiré du recueil "Le Ventricule Gauche" édité par les éditions 813

 

 

 

Volets clos rouen grand rouen esclaves sang maisons indolores

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire